7 conseils pour photographier les Paysages

2. refuge de rulhes . pic du pradet . lac de fontargenta . lac de l'estagnol-22

Hey les loulous.
Aujourd’hui c’est le premier article Conseil photo d’une série à venir. J’en ai eu l’idée assez naturellement en réalisant que partager mes images ici était sans doute intéressant mais que l’intérêt pour vous, mes lecteurs, ce serait quand même de pouvoir réaliser votre propres clichés.
Alors nous y voilà ! J’ai voulu commencer par la photographie de paysage car, en tant qu’amoureuse de la nature et de ses grands espaces, c’est un incontournable pour moi.
Ce n’est peut-être pas mon domaine de prédilection au départ [oui parce que depuis 4 ou 5 ans je fais surtout du mariage et du portrait donc bon ^^] mais je m’aperçois que dès que je sors en vadrouille je shoote du paysage, sans même vraiment y penser.
Alors j’ai voulu vous donner les bases, reprenant quelques conseils généraux [règle de composition ou bien shooter au format RAW] tout en parlant plus précisément du paysage. Vous verrez je n’ai rien inventer. Ces conseils sont issus de ma pratique et de mes lectures.
Aller let’s go !


➔ LA REGLE DES TIERS, QUESAKO ? 

Alors on commence un peu par le B A BA. Il s’agit là d’un principe applicable à tout type de photographie, allant du portrait au paysage : notre classique Règle des tiers.

L’idée est la suivante : votre image se divise en tiers horizontaux et verticaux qui vont former 2 lignes horizontales et 2 lignes verticales, soit 9 petits rectangles, qui se croiseront donc en 4 points [en l’écrivant on dirait un doux Charabia – euhhh d’ailleurs l’orthographe de « charabia » ne me convint pas – mais pour ne pas vous perdre dès à présent voici une photo avec la grille de lecture apparente].

Maintenant que l’on visualise ces points de repaires et ces lignes fortes, le but va être de placer les éléments que l’on juge importants à leur niveau.
Ainsi, quand on photographie un paysage il est conseillé de placer l’horizon au niveau de la ligne inférieure ou supérieure ; ou s’il y a des montagnes on peut essayer de placer les sommet au niveau de l’un ou l’autre des points d’intersection ; lorsqu’il y a un personnage, une maison, un détail important dans votre cadre, alors il sera là encore judicieux de le positionner au niveau des points de croisements des lignes de structures.
Là encore voici quelques illustrations pour vous guider.
Placer l’horizon sur une des lignes fortes
Placer les sommet au niveau des lignes fortes et / ou  des points d’intercection
Placer vos éléments importants au niveau des interceptions. Ici ce que j’ai voulu
accentuer c’est la présence de mon amie Louise et du big rocher.
Petite erreur >> l’aurez-vous détecté ? L’horizon n’est pas droit, honte à moi.
Créer une dynamique en plaçant vos éléments importants au niveau des intersections.
Ici mon élément c’est la côte. Si elle avait été à la verticale ça aurait été fade. En la faisant
traverser l’image en diagonale je crée une dynamique car ma côte passe par mes croisements.

 

Pourquoi cette règle ? En respectant cette règle on crée tout simplement une dynamique. Notre œil est naturellement attiré par ces repères, donc y positionner nos éléments principaux permettra une lecture claire et efficace.
Il s’agit là bien sûr d’un principe [plus que d’une règle incontournable] que vous n’êtes pas obligé de suivre. Dans certaines situations vous aurez envie de faire différemment. Par exemple quand je joue avec la symétrie, je peux contourner ce principes et ma dynamique est créée par cet effet de symétrie.

 Pour vous aider au début, vous pouvez chercher dans les réglages de votre appareil photo comment faire apparaître la grille sur votre écran / dans le viseur au moment de la prise de vue. Ca vous aidera au début, et ensuite vous verrez que ces repères vont devenir instinctifs.

➔ REDRESSER L’HORIZON
Quand une photo n’est pas droite on le voit de suite. Et alors la première chose à laquelle on pense c’est « ce n’est pas droit » et le contenu passe en une fraction de seconde au second plan. Zut !
Pour éviter cela il va être très simple de simplement s’assurer que l’horizon est droit lors de la prise de vue ou bien en post production. Alors au moment de la prise de vue, soit vous avez un compas dans l’oeil, soit vous pouvez vous appuyer sur la fameuse grille qui vous sert de repère. Mais dans tous les cas, si votre image un peu penché [pour ma part c’est souvent le cas, soit parce que je suis tellement tordu moi-même que j’en tord mes photos ^^ soit aussi parce qu’il arrive que les objectifs créent une petite distorsion parfois] ça se rattrape. Pour ma part un simple passage sous Lightroom, 2 clics et le travail est fait. Mais si vous utiliser un autre outil de retraitement je  suis sûre que vous pouvez vous aussi rééquilibrer votre photo.

Il y a bien entendu une exception : pencher l’horizon de manière volontaire. Pourquoi ? Par exemple dans le but de donner une dynamique. Tant que c’est un choix ça va.

L’horizon est droit, l’image est lisible clairement

 

 ➔ PHOTOGRAPHIER TÔT LE MATIN, TARD LE SOIR 
Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de la Golden Hour !
Il s’agit du moment de prédilection dans la journée d’un photographe pour photographier [enfin encore que ça dépend ce qu’il photographie ^^]. C’est ce moment où au lever du soleil et un peu après, et au coucher du soleil et un peu avant, la lumière est un peu dorée et très douce.
Ca ne vous a pas échapper qu’une photographie est complètement soumise aux conditions de lumières. Donc pouvoir composer avec une lumière qui permettra d’adoucir vos contrastes, de mettre en valeur vos éléments [et c’est surtout le cas pour les portraits].
Si toutefois vous souhaitez mettre l’accent sur un relief, photographier en pleine journée est une façon d’avoir un fort contraste ombre lumière.

Petite précision, non des moindre : se lever tôt c’est aussi le luxe de la tranquillité. Que ce soit dans un lieu touristique ou au fin fond de la montagne, c’est toujours plus délicieux de découvrir les premiers rayons de soleils en silence. Pour ma part c’est également un moment où je me sens toujours un peu plus en harmonie avec la nature. Photographier à l’aube me donne toujours beaucoup d’énergie pour le reste de la journée [le tout c’est de parvenir à se sortir du lit alors qu’il fait encore nuit… pas toujours facile ^^].

Lumière rose du soir
Les premiers rayons du soleil illumine le paysage latéralement ce qui
dégage vraiment les ombres. L’image semble plus douce que si on avait
shooter à midi !
 ➔ SHOOTER AVEC UN FILTRE POLARISANT
Il s’agit d’un petit accessoire, facile à transporter et peu coûteux, que l’on visse au bout de notre objectif [alors si vous utiliser un smartphone ou un appareil photo compact je ne sais pas trop ce qu’il existe pour ça. Si vous savez n’hésitez pas à me dire en commentaire].
L’intérêt : Il supprime les reflets, ce qui peut être intéressant lorsqu’il y a des lacs, rivières, océans etc… Puis il permet de intensifier contrastes et couleurs, très utile si vous recherchez à accentuer le bleu profond du ciel.
Il existe aussi des filtres de couleurs, ou dégradés. Le deuxième peut être très utile lorsque le ciel est sur-exposé [beaucoup plus lumineux] que le reste. Ainsi ça atténue un peu cette forte lumière. Bon sinon c’est toujours rattrapable en post prod en général, mais c’est enquiquinant ^^ Et puis faut-il encore avoir shooter en RAW !
  ➔ SHOOTER EN RAW
Non ce n’est pas un gros mot ! Et pourtant, qu’est ce que il a pu me faire peur ce format au début. En fait je me souviens j’avais cette phobie qui consistait à croire que je n’allais pas réussir à convertir mon fichier RAW en JPEG ensuite ^^ Alors qu’en fait il existe des logiciels de développement tout basiques pour ça, à commencer par mon chouchou Lightroom.
Donc pas de panique, si vous photographier en RAW vous n’allez pas tout perdre ensuite ^^
Bon et sinon de quoi s’agit-il ?  C’est un format sous lequel vous allez photographiez [pour cela regarder le manuel de votre appareil afin de changer le réglage qui par défaut est sur Jpeg] afin de maximiser la qualité de la photo. C’est un peu l’équivalent du négatif en photographie argentique. Parce qu’il va pouvoir être retravailler avec beaucoup plus d’ampleur.
Si vous avez mal réglé votre appareil au moment de la prise de vue, vous pourrez très souvent récupérer cette erreur en post traitement alors que si vous étiez en Jpeg il est fréquent que l’on soit contraint de faire avec nos erreurs.

➔ CADRE ET COMPOSITION

C’est peut-être l’élément le plus important. La composition c’est le contenu de notre photo, ce que l’on va montrer, la façon dont on va agencer les éléments dans l’image. Le cadre lui va délimiter et permettre de trier entre ce que l’on veut voir et ce que l’on ne veut pas voir.
Je vous ai déjà parler d’une règle de composition, la règle des tiers.
Le point de vue que vous allez choisir va complètement changer la composition, votre angle de vue également. C’est pour cela qu’il font penser à se déplacer, d’autant plus face à un paysage.
Vous pouvez choisir de mettre un premier plan et un arrière plan afin de créer une dynamique par exemple.
Là le seul conseil va rester la pratique ! Apprenez en shootant, en vous trompant. Pour ma part avec le temps j’ai compris pourquoi certaines de mes photos étaient mieux que d’autres. Je ne prétend pas faire du grand art, mais j’essaie toujours plusieurs point de vue, si possible, pour trouver celui qui mettra le plus en valeur mon élément.

➔ LA PROFONDEUR DE CHAMPS

 La profondeur de champs est un peu technique mais c’est assez simple à comprendre. Il s’agit d’un réglage de votre objectif qui va vous permettre d’avoir plus ou moins de netteté dans votre image. Vous allez pouvoir choisir de rendre tous les plans nets, ou seulement le premier / dernier plan, en jouant sur votre focale.
Je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet, il y a de très bons livres qui donnent d’avantages de détails.
Concrètement :
– Si vous souhaitez une forte netteté de tous les éléments de votre image [c’est presque toujours le cas en paysage] alors il va falloir avoir une petite ouverture, c’est à dire f16 et +.
Je précise ici que modifier votre focale va avoir une influence sur l’exposition de votre image. Plus vous votre ouverture sera petite [et donc le chiffre après le « f » grand] moins le photo sera lumineuse. Donc le mieux si vous débuter c’est de shooter en « priorité ouverture » [réglage « Av » sous Canon] comme ça vous choisissez votre focale et l’appareil adapte le reste pour obtenir la bonne exposition [il va notamment jouer sur les ISO et sur la vitesse d’obturation pour contre balancer].
Pas de panique si vous ne comprenez pas tout ! L’idée c’est choisir une petite ouverture / gros chiffre après « f » pour avoir beaucoup de netteté.
Par contre moins il y a de lumière moins vous pourrez utiliser la petite ouverture, ou alors utiliser un trépied sera conseiller [je parle là de situation précises : photo en intérieur sombre, photo de coucher/lever du soleil…]
– Si vous souhaitez d’un élément soit net et que ce qui l’entoure soit flou, alors vous allez ouvrir un maximum votre focale / utiliser un petit chiffre après « f ». Là entre f5 et -.
Il vous faudra ensuite bien faire la mise au point sur l’élément que vous souhaitez net.
Précisons que tous les objectifs ne permettent pas une bonne grande ouverture. L’idéal c’est f1.2, f1.4, mais pour ce genre d’objectif il faut un peu d’argent. Commencer par un f2.8 c’est déjà pas mal. Mais bon, ce sont surtout des objectifs pour portraits. Si vous voulez photographier du paysages vous aurez rarement besoin d’une grande ouverture.
Bon je ne sais pas si j’ai été assez claire.
J’ai envie de vous conseiller de faire des essaie en changeant la valeur de la focale « f » de manière significative pour que vous vous rendiez compte.
Si vous êtes vraiment intéresser vous pouvez aussi shooter en manuel et vous verrez que modifier seulement la focale va influer sur votre exposition. Donc ensuite vous devrez jouer avec les autres réglages.
Ici focale > 16 = tout est plutôt net
L’arrière plan, le relief est net
le premier plan, le début de la route, est net
Ici focale < 4 = seul le lieu où j’ai fait ma mise au point est net.
En l’occurrence j’ai voulu l’arrière plan net et le premier flou.

J’espère que cet article aura servi. Il y a des règles très simple a appliquer, d’autres un peu plus technique mais faite à votre rythme. Concernant la profondeur de champs, si ça vous a effrayé vous pouvez aussi rester en automatique et votre appareil photo fera les choix à votre place.
Je vous invite à me faire part de vos interrogations s’il y en a, en commentaires ! Et si vous avez des précisions, ou d’autres conseils à faire partager c’est bienvenu.
Et pour finir si vous avez des idées d’autres articles conseils n’hésitez pas. Pour ma part je pense déjà qu’un point sera à faire sur le matériel à prévoir pour photographier quand on part en randonnée.
Le dernier mot va pour vous dire : PRATIQUER !!!! C’est comme ça que j’ai compris ce qui n’aller pas d’une photo à une autre, comment l’améliorer etc… 😀

8 réflexions sur “7 conseils pour photographier les Paysages

  1. 12 ans plus tard je ne sais toujours pas photographier droit à chaque fois 😀
    La golden hour ! La lumière est tellement belle à ce moment-là !
    Et j'avais aussi peur du raw… Alors que maintenant shooter en jpeg ça me choquerait vachement haha !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s